La loge Sinclair Agrandir l'image

La loge Sinclair

De Yvan MURA (Auteur)

ISBN-13 : 9791028406233

Neuf

21,01 € TTC

Commander en ligne :
Fnac Chapitre Amazon Decitre Librairie

Fiche technique

Nombre de pages 288
Parution 29/01/19

En savoir plus

Après un accident de voiture, où il va vivre une expérience de mort imminente, un jeune ingénieur nucléaire genevois se trouve pris dans une intrigue manichéenne et doit lutter contre des fanatiques qui veulent détruire le CERN en provoquant un trou noir sur la terre. Sur fond de thriller, une histoire d’amour impossible distille les révélations ésotériques des membres de la loge Sinclair, la gardienne de la Jérusalem Céleste.

 

« C’est sur le chemin du retour, les yeux et le cœur encore enchantés par ma délicieuse récréation nocturne, mais, totalement embrumé par l’alcool et d’érotiques chimères, que j’ai perdu brutalement le contrôle de ma vision. Je m’endormais dans de doux rêves sensuels, quand ma voiture s’est brutalement arrêtée contre un arbre ! D’abord il y eut une explosion de couleurs, comme si j’étais passé par le spectre de la lumière. C’était un feu d’artifice et je me décomposais dans la gerbe d’un bouquet final. Tout allait très vite et en même temps, c’était comme dans un film au ralenti, où je me voyais moi-même mis en scène. J’étais projeté dans un monde d’images. Je voyais, mais j’étais transparent, sans consistance, et je ne pouvais plus exercer ma volonté. Les photographies d’un réalisateur inconnu s’imposaient à moi. Puis, comme dans un brusque courant d’air, j’ai été happé et je me suis mis à monter dans une ascension vertigineuse. Je me sentais bien. L’adagio de la neuvième symphonie de Mahler m’accompagnait dans mon élévation. Je flottais, je volais, je planais, j’étais léger, j’étais oiseau. Mais tout à coup, l’ascenseur s’est bloqué et il n’y avait plus que du noir. Je ne voyais plus rien jusqu’à ce que j’entende, faiblement d’abord, et puis de plus en plus fort, des aboiements. À quelques pas de moi, un énorme chien noir hurlait à la mort. Ce cerbère me bloquait le passage et sans que je comprenne vraiment comment, il m’enjoignait de redescendre sur terre… »